Les projets de parcs en France

La France est richement dotée en parcs de loisirs, zoo, parc aquatique et parcs d’attractions. Certains sont d’envergure locale, régionale, mais aussi mondiale comme Disneyland Paris. D’autres sont plus récents, c’est le cas du Parc Spirou ou préparent leurs extensions futures.

Mais tout cela a nécessité des années de préparation, de recherche de financement et d’investisseurs avant de voir le jour. Et encore aujourd’hui, de nombreux projets de parcs sont en réflexion ou en gestation. Voici, avec l’aide immense de Brice, lecteur passionné de parcs que l’on remercie chaleureusement, à la fois une carte des parcs et projets d’extensions à venir, mais aussi une liste de ce qui se prépare dans le domaine des parcs en France.

Bien entendu, tous les projets ne verront pas le jour tout de suite, certains seront revus, d’autres abandonnés, alors on tiendra cette page à jour, pour l’enrichir et la conserver la plus actuelle possible !

La carte des projets de parcs en France

Cliquez sur chacun des projets de parc ou d’extension sur la carte ci-dessous pour en savoir plus :

Les nouveaux parcs

Nés de la volonté locale, de projets totalement nouveaux, voici les nouveaux parcs en gestation en France !

EuropaCity

EuropaCity est le projet pharaonique du Grand Paris situé dans le triangle de Gonesse entre l’aéroport du Bourget et Charles-De-Gaulle. 3,1 milliards d’euros sont investis par le groupe Immochan et 10 000 emplois directs seront créés.

Il s’agira d’un immense centre multiculturel de 80 ha proposant 150 000 m² de commerces, 20 000 m² de restaurants, 100 000 m² d’espaces publics, 2 000 chambres d’hôtel, 7 ha de ferme urbaine, 10 ha de parc urbain, 50 000 m² d’espace culturel (grande halle d’exposition, salle de spectacle, cirque contemporain, centre culturel dédié au 7e art, centre culturel pour enfants) et 150 000 m² dédiés aux loisirs (parc de glisse hiver indoor, parc aquatique indoor et parc à thème).

Le site prévoit d’attirer 31 millions de visiteurs par an.

Outre la multitude d’activités, le site se veut doté d’une autre particularité : le respect de l’environnement. Ainsi, de nombreux équipements aideront à un fonctionnement le plus écologique possible, avec l’objectif de zéro gaspillage en ligne de mire. Notons par exemple un parc photovoltaïque de 14 hectares de panneaux, une chaufferie biomasse et des dispositifs de stockage électrique.

Le site sera également équipé de « Smart Grid » pour synchroniser les besoins et les ressources en énergies. Autrement, les eaux pluviales des toitures non accessibles seront récupérées pour alimenter les chasses d’eau et une station d’épuration sera construite sur le site pour limiter au maximum la consommation d’eau nouvelle. Enfin, les déchets seront collectés et triés, et plus de 50 % des déplacements seront réalisés en transports collectifs.

La ferme urbaine de 7 ha sera pédagogique et s’intègrera dans des dispositifs de formation pérennes centrés sur les nouvelles pratiques agricoles.

Le projet a fait face à quelques difficultés juridiques cependant. Le plan local d’urbanisme de Gonesse dans le Val-d’Oise a été annulé. Or, il devait sous-tendre l’implantation d’EuropaCity. Pour le moment donc, l’avenir du parc est flou.

Heroic land

Ce nouveau projet Heroic Land du nord de la France vise à devenir un poids lourd dans le domaine des parcs d’attractions en France. L’investissement est estimé à 270 millions d’euros, pour la création d’un site comptant 32 attractions réparties dans six zones, le tout prenant place sur 78 ha.

Heroic Land aspire à attirer 1,5 million de visiteurs chaque année, soit une fréquentation qui le placerait au cinquième rang national. Le parc s’accompagnera d’un projet hôtelier comportant 250 chambres au sein d’un village commercial mêlant également loisirs, commerces et restauration. 750 emplois directs seront créés.

Avalonys

La société Enez Aval travaille depuis 2015 sur la création d’un parc d’attractions mêlant nouvelles technologies et légendes arthuriennes. Après quelques déboires avec la désignation de la zone de construction, liés notamment à des désaccords avec les habitants de la région rennaise, un site a finalement été trouvé, d’une taille de 59 ha. Celui-ci accueillera la première pierre d’Avalonys en 2020, date de lancement des travaux. L’investissement atteindrait 100 millions d’euros pour la création de ce parc qui viserait les 500 000 visiteurs par an.

  • Ouverture prévue : 2022
  • Lieu : Le Rocher Portail, 35460 Saint-Brice-en-Coglès
  • Les liens pour en savoir plus : l’article de Ouest France, l’article de Europe1

PArc Napoléon

En Seine-et-Marne, Yves Jégo, député-maire de Montereau, est initiateur d’un projet de parc consacré à Napoléon.

12 attractions sont prévues dans un premier temps, 24 après 10 ans de fonctionnement, dont 10 en intérieur. Le thème serait l’époque napoléonienne pour permettre aux visiteurs de revivre l’histoire de l’empire de Napoléon grâce aux nouvelles technologies, notamment de la réalité virtuelle et l’utilisation de technologies dites 4D. Un spectacle sur la bataille de Montereau serait également au programme.

730 000 visiteurs sont attendus en 2024, deuxième année d’exploitation du parc, et un million en 2033.

Le parc est toujours à la recherche d’investisseurs pour le moment cependant.

  • Ouverture prévue : 2023
  • Lieu : 77130, Marolles-sur-Seine
  • Les liens pour en savoir plus : l’article du Parisien, l’article de Europe1

Machines de l’île : L’Arbre aux Hérons

Il ne s’agit pas d’un parc d’attraction à proprement parler, mais d’un projet mêlant art et divertissement, avec ce qui ressemblerait bien à des manèges tout de même.

La célèbre compagnie nantaise La Machine (Machines de l’île) envisage en effet d’installer, en pleine ville nantaise, un arbre métallique de 50 m de diamètre, culminant à 35 mètres de haut : L’Arbre aux Hérons. Les branches seront végétalisées et constitueront des passerelles sur lesquelles 400 visiteurs pourront se promener en toute liberté.

Un bar-terrasse sera accessible au milieu de l’arbre, tandis que des hérons de fer promèneront les voyageurs dans des paniers, afin que ces derniers s’envolent et découvrent un panorama de Nantes et des environs à couper le souffle.

Un financement participatif a été lancé en 2018, couronné de succès. Le projet semble avancer sur un bon rythme.

Tropicalia

Voici ce qui peut-être sera la plus grande serre tropicale au monde construite sous un seul dôme dans le Pas-de-Calais. Ce projet de 50 millions d’euros est imaginé pour accueillir un monde végétal et animal en parfait équilibre : des papillons, des oiseaux nectarivores et frugivores, des poissons et des reptiles. Une immense collection botanique complètera cet unique écosystème intérieur : des plantes à fleurs, des orchidées, une forêt d’arbres tropicaux, sur une surface totale de 20 000 m².

Le site sera construit sur plusieurs niveaux, avec différentes zones, dont l’une forestière et une autre faite de plage, tandis qu’un bassin Ismène accueillera les grands poissons de l’Amazonie.

Boutique de livres, de souvenirs, de plantes et de produits tropicaux, mais aussi auditorium, bar/restaurant, restaurant gastronomique et chambres d’hôtel seront accessible sur place. En plus, un laboratoire et une clinique profiteront de cet exceptionnel jardin tropical pour mener des expériences scientifiques de grande envergure, ouvertes aux collaborations régionales, nationales, européennes et internationales.

Les travaux devraient débuter en 2019, à l’automne.

  • Ouverture prévue : 2021
  • Lieu : Parc du Champ de Gretz, 62180 Rang-du-Fliers
  • Les liens pour en savoir plus : l’article de Nord Littoral

Magna Porta

Nîmes Métropole a officiellement lancé une étude approfondie relative à un projet de construction d’un parc de loisirs sur le thème de la romanité, qui prendrait place près de la future gare TGV de Manduel. Un espace de 35 à 40 hectares lui serait dédié, le projet bénéficiant d’un investissement qui tournerait autour de 50 millions d’euros. La Compagnie des Alpes, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignation (gestionnaire de nombreux parcs de loisirs, dont le parc Astérix) devrait présenter un projet en 3D au mois d’octobre prochain.

Rustik

Le parc d’attraction Rustik pourrait ouvrir ses portes en avril 2021 près de Sées, dans l’Orne. Ses promoteurs entendent plonger les visiteurs dans un univers médiéval fantastique dans lequel ils pourront se mettre dans la peau d’un Viking, d’un Romain ou d’un chevalier, pour vivre des aventures totalement hors du temps.

Ses promoteurs le présentent comme « le premier parc en immersion en Europe ». L’expérience s’apparente à celle d’un jeu de rôle grandeur nature : les visiteurs ne sont pas spectateurs, mais acteurs. Ils se voient confier des quêtes à accomplir par un maître du jeu. Dans le parc, des « personnages non-joueurs » (les employés: comédiens, animateurs, mais aussi les personnes en charge de la restauration) sont là pour donner chair à l’univers.

À l’ouverture, trois univers seront proposés aux visiteurs : la Rome antique, le royaume des Vikings et le temps du moyen-âge. Plus tard, viendront s’ajouter un camp de brigands avec ses cabanes dans les arbres et le monde de la piraterie sur le plan d’eau situé au coeur du site (des quêtes sous-marines sont même évoquées). Le budget est estimé à 9 millions d’euros.

Parc Cinéma

Le département de l’Hérault et la ville de Béziers prévoient un parc sur les métiers du cinéma. Ce parc de 140 hectares doit être réalisé d’ici 3 à 4 ans par la société Studios Occitanie Méditerranée et financé par le groupe américain Thinkverse, qui a notamment conçu les parcs Harry Potter en Angleterre et aux États-Unis. À noter que le parc s’adressera aussi aux professionnels, avec deux plateaux de tournage et un centre de formation.

Mélofila

141 hectares du site de Chauffaille, situé à 5 km de Coussac-Bonneval, au sud de la Haute-Vienne, pourraient bientôt être transformés en un parc d’attractions musical. Pour cela, 35 millions d’euros doivent être rassemblés.

À terme, le parc, encore à l’état de projet, compterait pas moins de 35 attractions au milieu de 6 ou 7 instruments géants, des manèges pour enfants, un tunnel amoureux, un petit train, un petit bateau, une volière géante, un potager musical et un spectacle nocturne.

Le projet recherche des investisseurs pour injecter les 40 millions d’euros nécessaires à sa faisabilité.

  • Ouverture possible : 2021
  • Lieu : sud de la Haute-Vienne, près de Coussac-Bonneval
  • Pour en savoir plus

Tarmaq

Le centre de formation spécialisé dans la maintenance aéronautique Aérocampus a annoncé la création d’un parc à thème dédié à l’aéronautique. À proximité de l’aéroport de Mérignac, il s’organisera en trois grandes zones, le parc d’attractions, un centre de formation et un complexe hôtelier sur 12 hectares au total. 200 000 visiteurs sont prévus. 80 millions d’euros sont nécessaires.

Le Mans Resort

L’Automobile Club de l’Ouest travaille sur la création d’un parc sur le thème des 24 heures du Mans. Le projet est prévu pour ouvrir en 2023, à l’occasion du centenaire des 24 heures du Mans. Il ne s’agira pas d’un parc d’attractions à proprement parler, mais plutôt d’un espace sur le thème de l’automobile et des 24 heures du Mans. Les ambitions sont de taille cependant, avec 1 million de visiteurs attendus dès la première année d’exploitation.

Center Parcs

En plus des cinq Center Parcs déjà implantés en France, quatre autres sont en projet, dont trois restent pour le moment très contestés (dans le Jura, la Saône-et-Loire et l’Isère).

Dans le Jura, le site prévisionnel d’implantation d’un parc Center Parcs n’est pas encore validé, en raison d’un fort rejet des habitants, malgré un patrimoine historique, gastronomique et touristique important dans la zone. L’ouverture est prévue pour 2019, mais cette date serait certainement repoussée étant donné la situation actuelle.

  • Ouverture prévue : inconnue
  • Lieu : entre Poligny, Arbois et Salins-les-Bains
  • Pour en savoir plus

Idem pour le projet de Center Parc de Roybon dans l’Isère, ou des opposants locaux résistent à l’implémentation du parc dans leur région. Il serait question d’une zone de 150 hectares, qui devrait contenir 990 cottages et être le lieu de 30 activités de sport et loisirs en intérieur et extérieur. Ce projet n’a pour le moment aucune date d’ouverte, faisant face à une résistance certaine malgré une stratégie annoncée écoresponsable son développement.

Pour le Center Parc suivant en revanche, les travaux ont déjà débuté fin 2018. Sur 85 hectares, le parc devrait intégrer 400 cottages, pour 2400 lits, ainsi que tous les équipements de loisirs classiques des parcs Center Parc, dont un espace aqualudique.

Enfin, le projet de Center Parcs en Saône-et-Loire, initialement annoncé pour une ouverture en 2019 a également été retardé. Il devrait en tout cas être situé sur la commune du Rousset, au cœur du Pays Charolais Brionnais et s’étendre sur 86 hectares, dont 40 environ seraient aménagés.

Pinderland

Le cirque Pinder a pour volonté de créer un parc dédié aux arts du cirque. Il s’agit d’un projet en gestation depuis plusieurs années déjà et qui s’est vu remis en cause en 2018, suite à la liquidation judiciaire de la société d’exploitation des cirques Pinder.

Mais Gilber Edelstein, patron des cirques Pinder n’a pas abandonné l’idée. La zone visée est sa propre propriété de Mémorant, de 120 ha, située à Perthes-en-Gâtinais, près de Melun. Un grand chapiteau fixe de 1 235 m carré et 1 450 places accueillerait des visiteurs pour leur faire découvrir le monde du cirque. En outre, des ateliers et expériences du cirque seraient proposés tout autour, dont des spectacles et leçons de jongles, d’équilibrisme et d’acrobatie. Un zoo d’animaux du cirque pourrait même également être au rendez-vous.

Parc Jeux Vidéo

Le tout premier parc d’attractions dédié aux jeux vidéo en France pourrait ouvrir en 2020 dans le Gard. Il permettrait à ses visiteurs de découvrir le monde du jeu vidéo et son histoire, mais aussi de vivres des expériences uniques.

Attractions, telles que des montagnes russes en réalité virtuelle, des simulateurs et d’autres manèges sur le thème du jeu vidéo seraient de la partie. Mais le site accueillera en plus un musée du jeu vidéo, des conférences, des concerts, une école et même une pépinière d’entreprise.

Des compétitions de jeu vidéo pourraient également y être organisées, en plus de courses de drone. Tous les aspects du domaine seraient ainsi couverts, dans ce parc qui pourrait s’étendre sur 20 à 25 hectares, dans les environs de Nîmes.

Le projet est soutenu par de nombreux professionnels du jeu vidéo, et est encore à la recherche d’investisseurs. 180 millions d’euros sont estimés pour concrétiser le projet.

Imagiland

Angoulême, c’est un peu La Mecque de la bande dessinée. Et justement, pour assoir encore plus le poids de la ville et de son festival auprès du 9e art, en 2020 pourrait naitre un parc d’attractions dédié à a BD dans la région. Celui-ci est en projet depuis plusieurs années déjà, porté par la communauté d’agglomération du Grand Angoulême.

Il est pour le moment question de débuter avec 10 à 12 attractions, et d’y intégrer une nouvelle chaque année suivante. Bien évidemment, la BD sera le thème central du parc, avec de nombreux héros d’aventures dessinées très connus présents sur place.

Parc familial des contes et légendes de Lorraine

Annoncé en 2019, mais en réflexion depuis 2017, ce projet de parc a été initié par la ville de Capavenir Vosges, près d’Épinal. Le parc serait dédies aux histoires anciennes de la région lorraine et se déploierait sur 20 hectares initialement, puis 45 dans un second temps. Il s’agira d’un parc couvert, lui permettant d’ouvrir 200 jours par an, pour atteindre idéalement 200 000 visiteurs dès la première année. À ce stade cependant, le type d’attractions qui y sera implémenté et la date d’ouverture visée restent inconnus.

Les extensions de parcs existants

Déjà bien installés, les parcs ont une volonté de croissance, d’extension et de diversification. Voici les projets majeurs des principales destinations françaises:

Disneyland Resort Paris

Au sein du parc Walt Disney Studios, 3 nouvelles zones sont en préparation (Star Wars, Marvel et la Reine des neiges) avec de nouvelles attractions et un nouveau lac artificiel. 2 milliards d’euros : le plus gros investissement du parc jamais entrepris. Début des travaux en 2019.

Puy Du Fou

Le parc du Puy du Fou a de nombreux projets d’extensions. Premièrement, en 2019, il signera un spectacle pour la Chine, puis en 2025, il s’y implantera dans un nouveau parc. Entre temps, en 2021, un autre parc Puy Du Fou ouvrira ses portes dans la région de Tolède, en Espagne. Et en 2022, un deuxième parc français devrait voir le jour, Puy du Fou Aventure, situé aux Épesses. Se voulant toujours à thématique historique, ce parc permettra aux visiteurs d’endosser eux-mêmes les rôles de chevalier, gladiateur, mousquetaire…

En tout, 200 millions d’euros d’investissement sont prévus par les gestionnaires du Puy du Fou, entre 2017 et 2025.

En parallèle, le parc et sa « cinéscénie » innovent et s’agrandissent toujours plus chaque année. Et de nouveaux niveaux d’études sont prévus à Puy du Fou Académie pour proposer une scolarisation de la primaire jusqu’au lycée professionnel. Enfin, de futurs développements en Chine se préparent déjà, il est prévu pas moins de 4 parcs Puy du Fou dans le monde !

Le Futuroscope

Le Futuroscope réfléchirait à la possibilité de lancer un autre parc dont le thème reste encore secret, à côté de l’actuel, afin de dépasser la barre des 2,2 millions de visiteurs annuels. D’autre part, le parc va investir 22 millions d’euros dans le tout premier grand huit de son histoire prévu pour 2019. Au total, 65 millions d’euros au total seront investis sur la période 2018-2022.

Le Parc Astérix

La Compagnie des Alpes, propriétaire du parc Astérix, poursuit son plan d’investissement de 100 millions d’euros débuté en 2017 et s’achevant en 2020 afin de faire entrer le parc dans la cour des grands parcs Européens. L’idée est de faire un Resort, c’est à dire, une véritable destination touristique. 6 nouvelles attractions auront vu le jour à terme, en 4 ans et l’extension d’un hôtel ainsi que la construction de 2 nouveaux hôtels ont déjà été réalisés.
L’été 2019 est marqué par l’ouverture d’un cinéma 5D de 300 places qui aura coûté 6,6 millions d’euros. Mais le parc espère également frapper fort avec l’ouverture d’une nouvelle attraction de type Launch-Coaster à lancement magnétique en 2021.